Soleil

De Wiccapedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Divinités

Belissama (gaulois)

Helios (grec)

Saule (balte)

Hymnes et prières

Hymne homérique, Traduction d’Ernest Falconnet

Au Soleil.

Muse Calliope, fille de Jupiter, chante d’abord le Soleil rayonnant, lui que la belle Euriphàësse conçut du fils de la terre et du ciel étoilé. Hypérion épousa la célèbre Euriphàësse, sa soeur, qui mit au monde les enfants les plus beaux : l’Aurore aux doigts de rose, la Lune à la belle chevelure et le Soleil infatigable, semblable aux immortels, et qui, traîné dans un char rapide, éclaire à la fois et les dieux et les hommes ; à travers son casque d’or, ses yeux jettent des regards formidables ; des rayons étincelants s’élancent de son sein ; son casque brillant darde une splendeur éclatante et jette au loin la lumière de son visage radieux ; autour de son corps brille une draperie légère que le souffle du vent soulève et fait voler ; sous sa main des coursiers vigoureux...

C’est là, qu’après avoir parcouru les cieux et s’être précipité dans l’Océan, il arrête ses chevaux et son char à l’essieu étincelant d’or.

Salut, ô grand roi ! veuillez, dans votre bienveillance pour moi, m’accorder une vie heureuse ; j’ai commencé par vous, maintenant je chanterai cette race d’hommes demi-dieux, dont les immortels révélèrent à la terre les actions glorieuses.

Folklore et superstitions

Selon un dicton répandu, s'il fait soleil à la Chandeleur, l'ours rentre dans sa tannière pendant 40 jours.[1].

Sorcellerie

Sorts de guérison

A Elvas, on applique sur l'orgelet, en raison d'une analogie de forme, un grain de raisin en disant "Soleil, Soleil, prends cet orgelet".[2]

En Poméranie le malade atteint de fièvre se tourne vers le soleil levant et répète trois fois « Cher Soleil, viens bien vite et enlève les soixante-dix sept fièvres dont je souffre, au nom de Dieu le Père, etc. »[3]

Une conjuration du Bourbonnais contre le chancre et les ulcères se termine par : « Chancre, par le Soleil et par la Lune, sors d'ici. »[4]

en France, au XVII° siècle, les fiévreux s'exposaient tout nus devant l'astre du jour en récitant des prières [5].


Vidéos

Sources

Paul Sébillot, paganisme contemporain chez les peuples celto-latins, 1908.

<references>

  1. Sebillot, Traditions et superstitions aux portes de Paris, ed Hesse, 2000, p. 120.
  2. Revista Lusitana, IX (1906), p. 116.
  3. Paul Sébillot, paganisme contemporain chez les peuples celto-latins, 1908, p.122.
  4. Paul Sébillot, paganisme contemporain chez les peuples celto-latins, 1908, p.122.
  5. Sébillot (Paul) .1. Le Folk-Lore de France. Paris, 1904-1907. 4 in 8°.