Rituels de Litha

De Wiccapedia
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Les rituels de sabbat : Solstice d'Eté - Livre des Ombres gardnérien (1957)[1]

Formez le cercle. Invoquez. Purifiez. Le Chaudron est placé devant l'autel, rempli d'eau, ceint de guirlandes de fleurs estivales. Les gens, hommes et femmes alternativement, se tiennent debout en cercle. La Grande Prêtresse se tient au Nord, devant le Chaudron, brandit soit la baguette, qui devra être phallique ou ornée d'une pomme de pin (le thyrse de jadis), soit le bâton à chevaucher ou le balai, et invoque le Soleil.

"Grand du Ciel, Pouvoir du Soleil, nous T'invoquons par tes anciens noms, Michael, Balin, Arthur, Lugh, Herne. Reviens, comme jadis, sur cette contrée qui est tienne. Brandis pour nous protéger ta lance brillante de lumière. Mets en fuite les pouvoirs des ténèbres, donne-nous de belles forêts et des champs verdoyants, des vergers florissants et du blé mûr. Rassemble-nous sur Ta colline de vision, et montre nous le chemin qui mène aux resplendissants royaumes des Dieux."

La Grande Prêtresse dessine le pentacle d'invocation sur le Magus avec la baguette.

Le Magus s'avance, dans le sens du Soleil, et prend la baguette avec un baiser, la plonge dans le Chaudron et la maintient à la verticale, en disant,

"La javeline au Chaudron, la lance au Graal, l'esprit à la chair, l'homme à la femme, le Soleil à la Terre."

Il salue la Grande Prêtresse par-dessus le Chaudron, puis rejoint les autres, portant toujours la baguette.

La Grande Prêtresse prend l'aspergillum, se tient près du Chaudron et dit,

"Dansez auprès du Chaudron de la Déesse Cerridwen, et soyez bénis par le contact de cette eau consacrée, tandis que le Soleil, le seigneur de la lumière, s'en vient en sa pleine force sous le signe des eaux de la vie."

Les gens dansent dans le sens du Soleil près de l'autel et du Chaudron, conduits par le Magus portant la baguette. La Grande Prêtresse les asperge légèrement lorsqu'ils passent auprès d'elle.

Rituel des Gâteaux et du Vin.

On peut se livrer à toute autre danse, rite ou jeu, selon les souhaits de la Prêtresse et des autres personnes.


Midsummer - Janet et Stewart Farrar[2]

Préparation

Le chaudron est placé directement devant l'autel, rempli d'eau et décoré de fleurs. On place devant une branche de bruyère que la Grande Prêtresse (GPS) pourra utiliser pour l'aspersion d'eau. La bruyère est une bonne plante pour les décorations du Cercle à Midsummer : la bruyère rouge est la fleur passionnée du Solstice, et la bruyère blanche représente l'influence de la volonté qui modère ou dirige la passion.

Deux couronnes, l'une de feuilles de houx et l'autre de feuilles de chêne, sont fabriquées et placées près de l'autel. Le Grand Prêtre (GP), qui représente le Dieu Soleil, doit être également couronné dès le début du rituel : sa couronne doit être dorée, et il peut ajouter des accessoires ou des ornements qui renforcent le symbolisme solaire.

La GPS et la Demoiselle peuvent porter des colliers de fleurs d'été.

Les deux bougies d'autel, dans leurs bougeoirs, peuvent être utilisées aux bons moments comme des "feux de joie" ; ou bien on peut utiliser deux autres bougies. Un rituel en extérieur permettra bien entendu d'utiliser de vrais feux, préparés avant le rituel de manière à pouvoir être allumés rapidement - l'un à mi-chemin entre le centre du Cercle et la bougie de l'Est, l'un à mi-chemin entre le centre du Cercle et la bougie de l'Ouest. ( Un Cercle fait en extérieur sera bien sûr très grand, et laissera assez de place pour pouvoir danser entre et autour des feux. )

Un bandeau de tissu sombre est déposé sur l'autel.

Des morceaux de paille sont rassemblés sur l'autel, autant que de participants masculins moins le GP. L'un de ces brins est plus court que les autres, et un autre est plus long que les autres. On pourra ainsi tirer les deux Rois à la courte paille, ou bien la GPS pourra décider de choisir elle-même les deux hommes, dans ce cas on pourra se passer de la paille.


Le Rituel

Après la Rune des Sorcières, la Demoiselle prend les fétus de paille sur l'autel et les tient dans sa main en en cachant l'extrémité, de manière à ce que personne ne puisse voir lesquels sont courts et lesquels sont longs. La GPS dit :

Que les hommes tirent les sorts.

Chacun des hommes ( hormis le GP ) tire un brin de paille de la main de la Demoiselle puis le montre à la GPS. La GPS pointe du doigt l'homme qui a tiré la paille la plus longue et dit :

Tu es le Roi Chêne, Dieu de l'année montante. Demoiselle, apporte sa couronne !

La Demoiselle place la couronne de feuilles de chêne sur la tête du Roi Chêne.

La GPS pointe du doigt l'homme qui a tiré la paille la plus courte et dit :

Tu es le Roi Houx, Dieu de l'année descendante. Demoiselle, apporte sa couronne !

La Demoiselle place la couronne de feuilles de houx sur la tête du Roi Houx.

La GPS mène le Roi Chêne au centre du Cercle, où il fait face à l'Ouest. Le reste du coven l'entoure en le regardant, sauf la GPS et le GP qui se placent dos à l'autel de part et d'autre du chaudron.

La GPS dit :

Lorsque le Dieu Soleil est au faîte de son pouvoir et de sa majesté, l'ascension de l'année est accomplie, et le règne du Roi Chêne se termine. Lorsque le Dieu Soleil est à l'apogée de sa splendeur, la descente de l'année commence ; le Roi Chêne doit tuer son frère le Roi Chêne, et régner sur mes terres jusqu'au coeur de l'Hiver, où son frère renaîtra.

Le Roi Houx s'avance devant le Roi Chêne, lui faisant face, et place ses mains sur ses épaules. Il exerce une pression de manière à ce que le Roi Chêne s'agenouille. Pendant ce temps, la Demoiselle va chercher le bandeau ; elle le place sur les yeux du Roi Chêne avec l'aide du Roi Houx. Le reste du Coven se déplace jusqu'à la périphérie du Cercle et tous s'assoient, tournés vers le centre.

La GPS prend son athamé et s'avance ; le roi Houx prend sa place devant l'autel, à côté du chaudron ; le GP reste à sa place de l'autre côté du chaudron. La GPS, son athamé à la main, danse dans le sens des aiguilles d'une montre autour du Roi Chêne agenouillé. ( Symboliquement, il est approprié que la GPS, en tant que représentante de la Déesse, accomplisse la Danse de Midsummer ; mais si elle ressent qu'une autre sorcière du coven est une danseuse particulièrement douée et qu'elle le ferait bien mieux qu'elle, elle peut lui déléguer cette tâche. )

Pendant ce temps, le GP déclame le poème suivant, en parlant calmement et clairement, portant l'emphase sur le rythme :

Danse, Dame, danse sur la tombe du Roi Chêne,

Où il repose, serein, la moitié de l'année, dans ton ventre.

Danse, Dame, danse, sur la naissance du Roi Houx,

Qui a tué son jumeau, pour l'amour de la Terre.

Danse, Dame, danse, pour le pouvoir du Dieu Soleil

Et son contact d'or sur les champs et les fleurs.

Danse, Dame, danse, avec ta lame à la main,

Qui peut invoquer le Soleil pour bénir ces terres.

Danse, Dame, danse, dans la Roue d'Argent,

Où repose le Roi Chêne, où ses blessures guérissent.

Danse, Dame, danse, dans le ciel baigné de Lune

Par le Triple Nom sous lequel te connaissent les hommes.

Danse, Dame, danse, sur la Terre qui tourne,

Pour la Naissance qui est la Mort, et pour la Mort qui est la Naissance.

Danse, Dame, danse, pour le Soleil là-haut,

Car sa splendeur ardente, elle aussi, doit mourir.

Danse, Dame, danse, pour la longue marée de l'année,

Car tu résides dans tous les changements.


- Puis, accélérant le rythme -


Danse pour le Soleil en sa gloire,

Danse pour le trépas du Roi Chêne,

Danse pour le triomphe du Roi Houx,

Danse, Dame, danse,

Danse, Dame, danse,

Danse, Dame, danse...


Le coven se joint au chant "Danse, Dame, danse", sur un rythme rapide et insistant, jusqu'à ce que le GP leur fasse signe d'arrêter.

La GPS met fin à sa danse et repose son athamé sur l'autel. Avec la Demoiselle, elle aide le Roi Chêne à se relever ; elles le conduisent, toujours les yeux bandés, jusqu'à la bougie de l'Ouest devant laquelle il s'agenouille.

Le GP dit alors :

L'esprit du Roi Chêne nous a quittés, pour résider à Caer Arianrhod, le Château de la Roue d'Argent ; jusqu'à ce que l'année ait tourné, jusqu'à ce qu'arrive la saison où il doit revenir pour régner à nouveau. L'esprit est parti ; que l'homme qui, parmi nous, représente cet esprit, soit libéré de sa tâche.

La Demoiselle retire le bandeau du Roi Chêne, et la GPS lui enlève sa couronne de feuilles de chêne. Elles les posent de chaque côté de la bougie de l'Ouest puis aident l'homme à se relever. Il se tourne, et dès lors redevient un membre du coven comme les autres.

Le GP dit :

Que s'embrasent les feux de Midsummer !

La Demoiselle et le Roi Houx vont chercher les deux bougies d'autel et les placent sur la ligne Est-Ouest, à égale distance du centre du Cercle. Pendant ce temps, la GPS rejoint le GP devant l'autel. ( En extérieur, le Roi Houx et la Demoiselle allument les deux feux de joie ).

La Demoiselle prend ensuite l'athamé du GP sur l'autel et se tient à côté de la bougie ( ou du feu de joie ) de Midsummer la ( le ) plus à l'ouest. Elle fait face à l'Est. Le Roi Houx prend le calice de vin et se tient à côté de la bougie ( du feu de joie ) de Midsummer la ( le ) plus à l'Est. Il fait face à l'Ouest.

Le Grand Rite symbolique est alors accompli par la GPS et le GP. La GPS se place entre les deux bougies, la Demoiselle et le Roi Houx leur passent l'athamé et le calice aux moments appropriés.

Après le Grand Rite et le passage du calice, le GP se tient devant l'autel avec la baguette dans sa main droite et le fouet dans sa main gauche, croisés sur sa poitrine dans la posture d'Osiris.

La GPS lui fait face, et invoque d'une voix joyeuse :

Grand du Ciel, Pouvoir du Soleil, nous t'invoquons par tes anciens noms, Michael, Balin, Arthur, Lugh ; reviens, comme jadis, sur tes terres. Brandis ta lance de lumière étincelante pour nous protéger. Fais fuir les pouvoirs de l'ombre. Donne nous des forêts magnifiques et des champs verdoyants, des vergers aux fleurs épanouies et des épis de grains mûrs ! Mène nous jusqu'à ta colline de vision, et montre-nous le chemin des agréables royaumes des Dieux. ( par Doreen Valiente ).

Elle trace ensuite le Pentagramme d'Invocation de la Terre devant le GP avec son index droit. Le GP lève haut ses deux mains, puis plonge la baguette dans l'eau du chaudron. Il l'élève à nouveau en disant :

La Lance au Chaudron, la Lance au Graal, l'Esprit à la Chair, l'Homme à la Femme, le Soleil à la Terre.

Le GP repose la baguette et le fouet sur l'autel, et rejoint le reste du coven. La GPS prend la branche de bruyère et se tient près du chaudron. Elle dit :

Dansez devant le Chaudron de Cerridwen, la Déesse, et soyez bénis par le contact de l'eau consacrée ; comme le Soleil, Seigneur de la Lumière, s'est élevé dans sa puissance d'entre les Eaux de la Vie !

Le coven, conduit par le GP, commence à bouger dans le sens des aiguilles d'une montre autour du Cercle, derrière les deux bougies. Tous passent devant la GPS, qui asperge chacun d'eau avec la branche de bruyère. Lorsqu'elle a aspergé tout le monde, elle se joint au mouvement dans le cercle.

La GPS ordonne ensuite à chacun, tour à tour - seul ou par couples - de passer entre les bougies de Midsummer en faisant un souhait. Lorsque tout le monde est passé, le GP et la GPS passent ensemble. Ensuite, ils reprennent les deux bougies et les reposent sur l'autel, laissant assez de place pour danser.

La GPS et le GP mènent alors le coven dans une danse joyeuse et spontanée, jusqu'à ce que la GPS décide qu'il est temps de passer à la partie plus festive et moins cérémonielle du Sabbat.



Litha - Starhawk[3]

L'autel et le cercle sont décorés de roses et de diverses fleurs d'été. On allume un feu de joie au centre du cercle. Le prêtre apporte une représentation du Dieu fabriquée avec des brindilles entrecroisées (au centre de la figurine, on aura soigneusement déposé une miche de pain bien enveloppée dans plusieurs couches de papier aluminium).

On place sur l'autel une couronne de roses et de fleurs sauvages. De même, les membres du coven et les invités se parent de fleurs.

Rapprochez vous les uns des autres, procédez à une méditation-immersion mentale, allumez le feu.

La prêtresse dit :

"Voici venu le temps de la rose, de la fleur et de l'épine, du parfum et du sang. Aujourd'hui, en ce jour le plus long de l'année, triomphe la lumière; et cependant s'annoncent le déclin du soleil et le début de l'obscurité. Le Dieu Soleil parvenu à maturité enlace la Reine de l'été dans un amour qui est aussi la mort, car il est si absolu que tout se dissout en un unique chant d'extase qui fait se mouvoir l'univers. C'est ainsi que le Seigneur de la Lumière meurt à lui-même et s'embarque sur les sombres océans du temps, à la recherche de l'îlot de sécurité qui est renaissance. Tournons-nous vers la roue du temps et partageons son sort, car nous avons planté la semence de nos propres changements, et pour grandir nous devons accepter le déclin du soleil lui-même."

Purifiez le cercle, bénissez-le, invoquez la Déesse et le Dieu :


Elle est éblouissante

Elle est blanche

Elle scintille

Couronnée de lumière !

Il est radieux

Il est brillant

Il s'élève

Il prend son envol!


Une puissante énergie s'élève, et l'incantation change peu à peu (les lignes suivantes doivent être psalmodiées encore et encore; plusieurs membres du coven chanteront les versets simultanément):


"Elle qui se tient au centre, ELLE QUI S'EPANOUIT !

Elle qui est couverte de feuillage, ELLE QUI EST VERTE!

Elle qui se tient au centre, ELLE QUI S'EPANOUIT !

Elle qui est couverte de feuillage, ELLE QUI EST VERTE!

Elle qui est couronnée, ELLE QUI ENLACE!"


En dansant, le Prêtre porte la représentation du Dieu et la dépose au centre du cercle.

Tout en continuant de paslmodier, les membres du coven placent des couronnes de fleurs tressées sur la représentation du Dieu.

On ouvre le cercle vers l'extérieur. La psalmodie devient une mélodie sans parole qui émet un cône de puissance. Quand le cône atteint son sommet, la Prêtresse ouvre les bras et s'écrie "Pour moi! Pour moi!"

Le Prêtre jette la représentation du Dieu dans les flammes.

Tous les assistants se tiennent alors en méditation silencieuse devant les fleurs qui se dessèchent et qui brûlent.

Une fois les fleurs réduites en cendres, les membres du coven peuvent psalmodier doucement "embraque-toi"(voir le rituel du Solstice d'hiver)

Une femme du coven parcourt le cercle en portant la couronne et l'élève tour à tout devant le visage de chaque participant de façon que chacun(e) aperçoive les flammes au travers. Elle prononce les mots : "voyez avec un regard clair".

Le Prêtre et la Prêtresse ôtent le pain du feu et le rompent; la Prêtresse l'élève.


L'assemblée : il nous nourrira !

La Prêtresse : le soleil vogue sur l'eau

L'assemblée : il nous nourrira !

La Prêtresse : le soleil vogue sur l'eau

L'assemblée : il étanchera notre soif !

La Prêtresse : le dieu est dans le blé !

L'assemblée : il poussera en hauts épis !

La Prêtresse : le dieu est dans l'arbre et dans la vigne

L'assemblée : Il mûrira en son temps!

La Prêtresse : le soleil n'est pas perdu

L'assemblée : il se lèvera à nouveau!

La Prêtresse : le soleil est en nous

L'assemblée : voyez comme nous brillons!

Tous psalmodient "voyez comme nous brillons!"


Pendant ce temps, on distribue le pain et le vin autour du cercle.

Après avoir partagé la nourriture et la boisson, on ouvre le cercle.


Solstice d'Eté - Scott Cunningham[4]

Avant l'accomplissement du rite, préparez un petit sac de tissu et remplissez-le avec des plantes aromatiques telles que la lavande, la camomille, le millepertuis ( herbe de Saint-Jean ), la verveine, ou toute autre plante associée au solstice. Si vous avez des problèmes, des difficultés, des souffrances, des chagrins et des maladies, incorporez-les mentalement aux plantes pendant la fabrication du sachet. Fermez-le en le nouant avec une corde rouge et placez-le sur l'autel afin de l'utiliser pendant le rite. Le chaudron devrait également se trouver sur l'autel ou près de celui-ci. Même si des chandelles ont été utilisées pour marquer les points cardinaux, la chandelle rouge dans son bougeoir doit être présente sur l'autel. Lors des célébrations rituelles en plein air, allumez un feu - aussi petit soit-il - et jetez le sachet dans les flammes.

Dressez l'autel, allumez les chandelles et l'encens et projetez le Cercle de pierres.

Récitez le Chant de bénédiction.

Invoquez la Déesse et le Dieu.

Debout devant l'autel, votre baguette magique levée vers le ciel, dites ces mots :


Je célèbre le coeur de l'été par des rites mystiques.

O Grande Déesse, O Dieu,

vos énergies font vibrer la nature entière

et la terre est baignée de chaleur et de vie.

Voici le temps d'oublier soucis et fléaux du passé ;

voici le temps de la purification.

O ardent soleil,

par ta toute-puissance,

consume futilités, souffrances et fléaux.

Purifie-moi !

Purifie-moi !

Purifie-moi !


Déposez la baguette sur l'autel. Prenez le sachet invocatoire et mettez-le en contact avec la flamme de la chandelle rouge qui se trouve sur l'autel ( ou dans le feu rituel si vous êtes à l'extérieur ). Lorsqu'il a pris feu, laissez-le tomber dans le chaudron ( ou dans tout autre récipient résistant à la chaleur ) et dites :


Je vous bannis

par les pouvoirs de la Déesse et du Dieu !

Je vous bannis

par les pouvoirs du soleil, de la lune, des étoiles !

Je vous bannis

par les pouvoirs de la terre, de l'air, du feu, de l'eau !


Arrêtez-vous un instant pour regarder les souffrances, les blessures réduites à néant. Puis reprenez :


O Gracieuse Déesse, O Dieu bienveillant,

en cette nuit magique du solstice d'été

je vous prie de charger ma vie d'émerveillement et de joie.

Aidez-moi à m'harmoniser aux énergies qui flottent

dans l'air de cette nuit enchantée,

je rends grâce.


Méditez sur la purification à laquelle vous vous êtes soumis. Sentez les puissances de la nature qui circulent en vous, sentez-vous lavé par l'énergie divine.

Des pratiques de magie peuvent suivre au besoin.

Célébrez la Petite Fête.

Effacez le Cercle.


Un rituel dianique de solstice d'été (Litha) - Shekhinah Mountainwater[5]

A Aphrodite

… Et Elle danse et tourne vers l’été au rythme du battement de Sa passion …


Ce jour sacré honore les mystères et les passions d'Aphrodite, la Déesse de l'Amour. La déesse est née et a grandi jusqu'à devenir adulte, et à présent, elle rencontre son Amant Divin. Elle subit la mort et la renaissance de l'être qui arrive lorsque l'on se fond dans autrui. Elle est fécondée et rendue fertile de créations futures, qu'elles soient de chair ou d'esprit, humaines ou divines, politiques, pratiques, artistiques ou sociales. Cette fertilisation peut être vu comme faite soi-même, induite par la communauté, ou créée mutuellement par les Amants. Son amant peut être une femme, un homme, elle-même, son travail ou la Déesse. Des couples qui s'aiment ou des groupes peuvent souhaiter recevoir des bénédictions particulières ce jour là. C'est un moment d'extase et d'abandon.

Tout comme les courants sexuels de nos corps montent et redescendent, il en va de même pour les plus grands courants d'énergies magnétiques de la vie, causés par le jeu mutuel des ténèbres et de la lumière. Nous aligner avec ces vagues énergétiques - sexuelles, lunaires, terrestres, solaires, magnétiques, etc ... - c'est tout ce qui concerne ce rituel. De nombreuses cultures et mythologies reconnaissent la poussée et les renversements magnétiques de ces vagues d'énergies. Elles deviennent des divinités personnalisées, et sont souvent vues comme des amants. Il est connu que les plantes sont littéralement excitées par la présence d'amants dans leur voisinage, et que cela stimule leur croissance. Les rituels de nature orgiaque étaient répandus dans le monde ancien, pratiqués pour leur capacité à fertiliser ou à amplifier ce procédé dans la nature.

Comme nous sommes au XXe siècle et que nous sommes le produit de notre époque, je n'ai pas conçu de rituel qui inclue ouvertement l'acte sexuel. De nombreuses personnes ne sont pas prêtes pour cela et personne ne devrait se sentir poussé à cela, bien que cela soit une question de discrétion dans des groupes individuels. la chose la plus importante est d'accepter et affirmer Aphrodite dans nos vies.

Lorsque le model hétérosexuel d'amour sexuel et de reproduction devint dominant, les amants divins, masculin et féminin, connurent une ascension dans la mythologie et la religion. Dans la croyance druidique, la déesse reçoit son consort divin à certains moments de l'année. Des prêtres et prêtresses consacrés font l'amour dans les sillons des champs comme un sacrement rituel pour la perpétuation de la vie. De nombreux anciens mariages royaux étaient consommés publiquement afin que le mot puisse passer que la vie était symboliquement assurée à travers le mystère de leur union. Parmi les Celtes, un poète parachevait souvent sa grandeur à travers sa passion pour la Déesse-Muse dans la forme d'une femme humaine.

A présent que nous connaissons la parthénogenèse, nous pouvons envisager un univers plus varié. Les vagues extatiques de la passion peuvent être comprises en elles-mêmes comme une force de vie mystérieuse et miraculeuse. Ces vagues sont la kundalini ou shakti en mouvement. Elles sont éveillées à travers le magnétisme chimique et spirituel entre les êtres. Lorsqu'elles s'écoulent puissamment, il en résulte une union des forces qui donne naissance à quelque chose à quelqu'un de nouveau. Aphrodite est un nom mythopoétique pour ce processus primordial et naturel. Elle apparaît entre les femmes, les hommes, les hommes et les femmes, vieux et jeunes, riches et pauvres de la même manière. Aphrodite est l'une des forces les plus puissantes dans nos vies. L'amour passionné entre les gens engendre de grandes créations, des idées, des révolutions, des bébés, des poèmes, et des causes.

Cela devient significatif dans notre siècle éclairé de re-mythologiser les points passionnés magnétiques qui culminent dans l'année, et donc, tout arrangement de genre est possible et sacré. Comme les mystères des femmes aimant les femmes ont été enterrés depuis très longtemps, et la pratique des mystères féminins avec eux, j'ai choisi de créer un rituel qui célèbre cela en particulier, car c'est là que le besoin est le plus grand. Ma théorie est qu'en réinstaurant ces pratiques, nous restaurerons l'équilibre et la bonne santé à la planète.

Quelle que soit votre préférence sexuelle, aimer les femmes est crucial à la magie, et à la libération. Il existe de nombreuses manières d'aimer une femme, pas seulement de manière sexuelle. Nous pouvons partager ensemble, à travers des échanges intellectuels, à travers du travail en commun, en changeant le monde ensemble, en faisant de la magie, en étant sœurs. Nous devons travailler à défaire la programmation qui fit de nous des adversaires, et trouver tout ce qu'il est possible d'aimer dans les femmes. Les amitiés entre femmes, les femmes qui travaillent ensemble, en partenariats, et la myriade de formes de partage humain... tous sont des manières de s'aimer l'une l'autre. Voir la déesse dans les femmes, la beauté, la sagesse, la bonté et la force, est un autre moyen. Poursuivre cet amour jusqu'à une expression ultime de passion sexuelle est une option ouverte à celles qui la choisissent, et qui peut être regardée comme valide par celles qui ne la choisissent pas.

Ce rituel, par ailleurs, est pour les femmes de toute préférence sexuelle, mais qui soutiennent toutes l'amour féminin, qui le pratique dans une certaine forme, ou souhaitent le faire.

La passion sexuelle est une force sauvage de la nature qui a ses propres rythmes et lois. Les tentatives d'enfermer Aphrodite ou de forcer des amants à engager des extases magiques n'auront comme résultats que Son départ. C'est pourquoi, dans ce rituel, nous célébrons aussi l'esprit sauvage et libre d'Aphrodite, ou la capacité qu'a une femme à se consumer dans Ses flammes, et pourtant conserver sa virginité ou son identité propre.

Retrouvez vous à l'extérieur, de préférence au bord de l'océan, le lieu de la naissance légendaire d'Aphrodite. Ornez l'autel de roses de toutes les couleurs. Brûlez de l'encens de rose, oignez vous de senteur de rose. Ayez un bol d'eau de rose consacrée sur l'autel. Apportez des bougies rouges pour la passion, dans des photophores rouges pour les protéger du vent, et des guirlandes de roses pour tout le monde. Portez des vêtements avec lesquels vous vous sentez au summum de votre beauté. (Placez aussi un bol de vin rouge avec des roses et des fraises flottant à l'intérieur.)

Creusez un trou pour le feu au centre de l'endroit du cercle rituel en creusant dans le sable et en l'entourant de pierres. Mélangez des branches de roses séchées avec le bois destiné au feu.

Préparez des aliments sensuels : des avocats, des champignons, de la glace à la rose, des plats de fromages mélangés, des mangues, de la crème fouettée au fruit, du vin rouge, des sauces riches etc ...

Joignez les mains, projetez le cercle, chantez les noms des déesses de l'amour : Aphrodite, Isis, Astarté, Inanna, et d'autres.

La prêtresse allume les bougies de l'autel, en disant :


Avec cette flamme, nous allumons l'esprit d'Aphrodite

Déesse de la passion et de l'amour

Grande est la magie d'Aphrodite

Qui nous apporte la joie et l'extase

Grand est le mystère d'Aphrodite

Qui nous amène l'union, la séparation, et la réunion

Grand est l'amour d'Aphrodite

Qui amène l'inspiration au monde entier ...

Salut Aphrodite !


Toutes : Salut Aphrodite !

Chaque femme allume une branche de bois de rose à l'autel et l'utilise pour allumer le feu au centre du cercle. Chantez en même temps :


Dans la forêt sur mes genoux

Brisant les os fragiles des arbres

Oh Mère

Je te sens

Elevant le souffle du feu

Ton merveilleux cadeau du désir véritable

Je m'abandonne à présent à toi ...


Une prêtresse ouvre le cercle et conduit le groupe à une danse aux bords de l'eau. Une prêtresse reste en arrière pour s'occuper du feu. Chaque femme est déshabillée rituellement et baignée dans l'océan. Toutes proclament leur beauté et la féminité sacrée. Elle est habillée et couronnée d'une guirlande de roses. La première femme à être baignée retourne dans le cercle et échange sa place avec celle qui était restée, de sorte qu'elle puisse aussi être baignée rituellement. Toutes retournent dans le cercle et reprennent leurs places.

Une prêtresse lit à haute voix le pacte sacré à Aphrodite :


Aphrodite

Magnifique Déesse

Force de Vie

Passion Sacrée

Désir Brûlant

Extase Sensuelle

Mère du Plaisir

Nous choisissions de vivre nos vies pour que nous puissions de connaître

Pour accueillir ton étreinte

Et chérir tout les vrais amants

A travers le temps

Pour honorer la profondeur du sentiment

Tu t'éveillas en nous

Pour garder toujours nos cœurs ouverts

A toi et à eux

Pour donner et recevoir tes plaisirs

Qui sont pour toujours un avec toi

Et la magie

Et le rituel

Et l'amour

Pour honorer ta présence dans les autres amants

Que tu apparaisses en une

Entre deux

Parmi trois ou plus

Qu'ils soient vieux, jeunes, riches, pauvres, hommes, femmes

Noirs, bruns, jaunes, blanc, ou rouge

Nous serons avec toi

Et leur droit de te connaître.

Nous promettons de ne jamais utiliser cette énergie divine

Pour contrôler ou exploiter un autre

De nous protéger de ceux qui nous utiliseraient ainsi

De dire non aux avances sexuelles

Quand tu n'es pas présente.

Et douce déesse

Nous faisons aussi cette promesse

A nous mêmes et à toi

Que nous resterons nous-mêmes

Entières en nous mêmes

Alors que nous dansons et fusionnons à travers toi

Et ré-émergeons encore ...

Et chercherons à comprendre les épines

Qui grandissent parmi tes roses

Car ton art est un oiseau sauvage

O Toi la Grande,

Qui doit voler pour être libre ...

Qu'il en soit ainsi


Toutes: Qu'il en soit ainsi

Prêtresse: Sois bénie

Toutes: Sois bénie

La bénédiction des amants: Le hochet fait le tour du cercle, et les amants s'approchent pour âtre bénis, ou envoient individuellement des bénédictions aux amants qui ne sont pas présents. La prêtresse oint les points cardinaux de leurs corps avec l'eau de rose en disant:


Puisse Aphrodite te bénir toujours avec son amour

Tes lèvres qui embrassent en douceur

Ton coeur qui bat de désir

Tes seins qui donnent vie et beauté

Ton utérus et ton yoni qui donnent tant de plaisir

Tes pieds qui marchent sur Son chemin ...


Les amants s'embrassent les uns des autres à ces endroits du corps, puis retournent à leurs places.

La guérison des amants: Ceux qui désirent des soins spéciaux pour des problèmes ou barrières entres les amants, ou les obstructions à l'amour dans le monde, demandent maintenant la guérison et la bénédiction du cercle. Tous soutiennent, affirment, et font appel à la déesse pour les aider.

Libation: La prêtresse lève le bol de vin rouge avec des fraises et des roses flottantes dedans, en disant:


Buvez du vin du plaisir sacré

Mangez du fruit du plaisir sacré


Elle prends une des fraises et la donne à la prochaine femme du cercle, et lui tend ensuite le bol pour boire. Chacune fait la même chose en se tournant vers sa voisine jusqu'à ce que toutes et mangé et bu. Le bol est reposé sur l'autel.

Toutes se lèvent et dansent autour du feu, en chantant:


Nous nous lèverons avec le feu de la liberté

La vérité est le feu qui brûlera nos chaînes

Nous pouvons arrêter les feux de destruction

La guérison est le feu courant à travers nos veines ...


(Ce chant est celui du coven de Starhawk. De la musique est incluse dans son livre Dreaming the Dark)

Quand les énergies retombent, renvoyez l'énergie et ouvrez le cercle. Festoyez et amusez vous. Les amants qui le souhaitent peuvent s'écarter pour leurs rites d'extase.


Solstice d’Eté — Litha (21 Juin) - Z Budapest[6]

Thème : Cette fête est consacrée à l’ardente Déesse de l’Amour, Heartha, Vesta, Rhéa, Artémis, Callisto et Arianrhod. En ce jour nous célébrons le pouvoir de la Déesse sur les hommes.

Les sorcières en relation avec des hommes apportent une mèche de cheveux masculins qui sera placée dans le chaudron. Les autres prennent un brin de leurs propres cheveux comme symbole de leur hommage personnel à la Déesse du Feu. En Europe, aux sommets des montagnes, les gens édifient toujours des feux grésillants avec des pneus de vieilles voitures ; pour Elle. Une roue est placée dans le cercle, recouverte de fleurs, symbolisant le cycle de l’année.

Le cercle est projeté avec des pierres, toutes portent des fleurs d’été. On purifie avec l’eau, on consacre avec le feu, on admet par ordre d’âge, on invoque les gardiens (utilisez les baguettes, pas d’athamés), délimitez le cercle avec la baguette, unifiez vous en psalmodiant :

Grande Prêtresse :


Toutes ici assemblées en ce lieu sacré ;

Mère de l’obscur et du divin,

Mien est le fouet et mien le baiser.

Ici je te marque de ce signe.


Grande Prêtresse :


Toutes assemblées sous mes yeux,

Saluez mon esprit qui vous illumine.


Toutes saluent. La Grande Prêtresse :

Le festival du feu a commencé. Nous vivons ce jour le règne suprême de la Déesse. A ce moment particulier Elle a le pouvoir sur son consort Cornu. En commémoration de cela, je vous invite à L’honorer en plaçant dans Son feu sacré une branche de chêne symbolisant le principe masculin.

Ici vous avez une belle opportunité de lancer des sorts envers les hommes qui vous ont importuné dans l’année. De l’ennemi personnel à l’ennemi politique. Les violeurs, par exemple, peuvent être sacrifiés efficacement cette nuit. Chaque femme s’approche du chaudron et y jette sa branche de chêne en disant quel est l’homme qu’elle représente. Cela peut-être également une bénédiction pour des fils ou des amants ou seulement un charme d’amour.

Ensuite, les femmes commencent à danser dans le sens des aiguilles d’une montre autour du chaudron. Des instruments auront été apportés ou bien de la musique enregistrée. Nous utilisons une musique rituelle africaine.

Quand toutes sont fatiguées, elles se regroupent dans le cercle et s’unifient. La Grande Prêtresse :


Sœur passionnée du feu de la vie, accepte notre amour. Grande Rhéa, Mère de toute vie, tourne la roue de la fortune vers l’amélioration de la condition des femmes et leur libération. Toi seule a le pouvoir sur le patriarcat dans ces temps d’oppression. Je T’invoque et T’appelle. Toi, ô puissante Mère de nous toutes, pourvoyeuse de justice, si féconde ! Je T’invoque par les flammes vierges dans notre chaudron, par la passion dans nos cœurs, par le feu intense des bûchers qui brûla Tes sorcières il n’y a pas si longtemps. Fond sur nos ennemis dans Ta fureur. Répare les injustices Stoppe les viols, illumine les esprits de nos dirigeants et de nos juges de ton feu éternel. Qu’il en soit ainsi !


Toutes observent les flammes cherchant indices, symboles ou prophéties. Après un moment, bénissez la nourriture et les boissons.

Festoyez et louez les noms de Rhéa, Vesta, Esmeralda, passion féminine. Dansez. Réjouissez vous.

Fermez le cercle comme d’habitude.



Sources

<references>

  1. Traduit et adapté de l'anglais par Iridesce.
  2. A Witches' Bible - Traduit et adapté de l'anglais par Iridesce.
  3. Spiral Dance
  4. La Wicca : magie blanche et art de vivre
  5. Traduit d'Ariadne's Thread par Hyouden et Hédéra, discor-dianique.over-blog.com
  6. Livre Sacré des Mystères Féminins - Traduction Lyoleth