Rituels de Yule

De Wiccapedia
Aller à : navigation, rechercher

Recommandations de Janet et Stewart Farrar[1]

  • Dans le rituel de Yule du Livre des Ombres, seule la renaissance du Dieu-Soleil est évoquée, le Grand Prêtre exhortant la Déesse de " Nous rendre l'Enfant de Promesse". Le Roi Houx/Roi Chêne est ignoré - une omission étrange au regard de la persistance de ce motif dans le folklore saisonnier. Nous avons donc combiné les deux thèmes dans notre rituel, tirant au sort un Roi Chêne et un Roi Houx, comme pour la Midsummer, juste après le rituel d’ouverture – mais en reportant « l’exécution » du Roi Houx à après la mort et renaissance du Dieu Soleil.
  • Un problème se pose concernant la couronne du Roi Chêne; alors qu’à la Midsummer les feuilles de chênes comme de houx sont disponibles, à Yule la nature n’en produit plus. Une bonne alternative est d’en réunir à l’avance, en été ou en automne, de les presser et les laquer pour réaliser une couronne permanente pour le Roi Chêne à utiliser à Yule. Une autre solution, moins fragile peut être, est de réaliser une couronne de glands. Enfin on peut utiliser des feuilles permanentes de Chêne vert ou Yeuse (Quercus Ilex). Si aucune de ces solutions n’a convenu, faîtes une couronne de branches nues de chêne augmentées de décorations de Noël ou de saison.
  • A Yule, la Déesse est la « Dame à la lèpre blanche », Dame à la Blanche Chevelure, Vie-dans-la-Mort ; nous suggérons donc que la Grande Prêtresse porte de nouveau le châle blanc ou le tabard de toile indiqué pour Samhain. On peut ajouter, pour l’effet dramatique, si la Grande Prêtresse en possède ou en a les moyens, une perruque blanche, préférablement longue. Si le coven est vêtu de ciel, elle ôtera le tabard avant le Grand Rite mais gardera la perruque si elle en porte une, dans la mesure où elle représente l’aspect saisonnier.
  • Si, comme il est fort probable, un sapin de Noël se trouve dans la pièce, toutes ses lumières devront être éteintes avant la projection du Cercle. Le Grand Prêtre pourra les rallumer immédiatement après avoir allumé la chandelle se trouvant dans le chaudron.
  • Si une cheminée se trouve dans la pièce, une bûche de Yule peut être brûlée pendant le Sabbat. Elle devrait être, bien entendu, en chêne.

Rituel de Yule - Janet et Stewart Farrar, tradition alexandrienne[2]

(GP = Grand Prêtre, GPS = Grande Prêtresse)

Préparation

Le chaudron est placé près de la chandelle marquant le Sud, une chandelle éteinte à l’intérieur entourée de houx, de lierre et de gui. Les couronnes du Roi Chêne et du Roi Houx sont prêtes sur l’autel. Des pailles sont également préparées et posées sur l’autel – au nombre d’hommes présents pour le Sabbat, à l’exception du GP. L’une d’entre elles est plus courte que les autres, et une autre plus longue. (Comme pour la Midsummer, si la GPs décide de nommer les Rois, au lieu de procéder à la courte paille, les pailles sont inutiles.) Un bandeau est prêt sur l’autel pour le Roi Houx. Un cistre pour la HPs est également posé sur l’autel. La GPs devrait donc porter un tabard blanc et, si elle l’a choisi, une perruque blanche. Si un sapin de Noël illuminé se trouve dans la pièce, il est temps de l’éteindre. Si la pièce dispose d’une cheminée, un feu devrait avoir été préparé, en être au stade de braises, et une bûche de Yule posée dessus, juste avant la projection du Cercle.


Le Rituel

Après la Rune Sorcière, la Demoiselle se saisit des pailles et les tient dans sa main pour procéder au tirage au sort. La GPs dit :


« Que les hommes tirent au sort. »


Chaque homme (à l’exception du GP) tire une paille de la main de la Demoiselle et la montre à la GPs. La GPs désigne du doigt l’homme ayant tiré la paille la plus courte, et dit :


« Tu es le Roi Houx, Dieu de l’Année Déclinante. Demoiselle, porte-lui sa couronne ! »


La Demoiselle place la couronne de houx sur la tête du Roi Houx. La GPs désigne du doigt l’homme ayant tiré la paille la plus longue et dit :

« Tu es le Roi Chêne, Dieu de l’Année Croissante. Demoiselle, porte-lui sa couronne ! »

La demoiselle place la couronne de chêne sur la tête du Roi Chêne. Pendant le couronnement, le GP s’allonge sur le sol au centre du cercle, se met en position fœtale . L’Assemblée l’ignore. Lorsque le couronnement est terminé, le Roi Chêne annonce :


« Mon frère et moi avons été sacrés et préparés à devenir rivaux. Mais où est le Seigneur le Soleil ? »


La Demoiselle répond :


« Notre Seigneur le Soleil est mort ! »


Si la GPs dispose d’un voile, elle le rabat sur son visage. Le coven se dispose au pourtour du cercle. La GPs se saisit du cistre, et la Demoiselle d’une chandelle. Elles entament une marche circulaire autour du GP, dans le sens horaire. La Demoiselle tient une chandelle afin que la GPs puisse lire son texte, et compte rapidement « Un » « Deux » jusqu’à « Sept » à chaque tour effectué. Ce faisant, la GPs agite son cistre en déclamant :


« Reviens, oh, reviens !

Dieu du Soleil, Dieu de la Lumière, reviens !

Tes ennemis ont pris la fuite, Tu n’as plus d’ennemi !

Ô adorable assesseur, reviens, reviens !

Nous ne pouvons pas être arrachés l’un à l’autre.

Ô mon frère, mon consort, reviens, reviens !

Lorsque je te perds du regard,

Mon cœur te pleure,

Mes yeux te cherchent,

Mes pieds foulent la Terre à ta recherche !

Les Dieux comme les hommes réclament de nous voir réunis.

Dieu du Soleil, Dieu de Lumière, reviens !

Reviens à ta sœur, ton épouse qui t’aime !

Reviens ! Reviens ! Reviens !»


Position du GP et de la GPs pour Yule selon Janet et Stewart Farrar -Eight Sabbats for Witches

Lorsque les sept tours sont complets, la GPs pose le cistre sur l’autel pui s’agenouille auprès du GP, ses mains posées sur son corps, le dos tourné à l’autel (voir photo d'illustration).

Les membres du coven, à l’exception de la Demoiselle, se prennent les mains et se déplacent lentement, dans le sens horaire autour de la GPs penchée sur le GP. La Demoiselle se tient debout près de l’autel et déclame :


« Reine de la Lune, Reine du Soleil,

Reine des Cieux, Reine des Etoiles,

Reine des Eaux, Reine de la Terre,

Donne-nous l’Enfant de Promesse !

C’est la Grande Mère qui Lui donne naissance,

C’est le Seigneur de Vie qui naît de nouveau,

Ombre et larmes se retire lorsque le Soleil se lève matin !»


La Demoiselle fait une pause dans sa déclamation et la GPs se lève entraînant la GP dans son mouvement. Si elle est voilée, elle rejette le voile en arrière dévoilant son visage. La GPs et le GP se tiennent face à face, les mains serrées et croisées, et commencent à tourner dans le sens horaire à l’intérieur du cercle formé par le reste du coven. La circulation du coven s’accélère et devient joyeuse. La Demoiselle reprend :


« Soleil Doré de la colline et de la montagne,

Illumine le pays, illumine le monde,

Illumine les mers, Illumine les rivières,

Retire-toi Tristesse, Joie sur le monde !

Bénie soit la Grande Déesse,

Sans début ni fin,

Perdurant dans l’Eternité, Io Evohe !

Blessed Be !

Io Evo ! He! Blessed Be!

Io Evo ! He! Blessed Be!...»


Le coven entonne le chant «Io Evo ! He ! Blessed Be ! », et la Demoiselle pose sa chandelle et son texte pour rejoindre le cercle dansant. Le chant et la danse continue jusqu’à ce que la GPs crie « En Bas ! ». Lorsque tous sont assis, le GP se lève de nouveau pour aller chercher une chandelle ou lanterne sur l’autel. Il l’apporte près du chaudron et allume la chandelle du chaudron avec. Il retourne la chandelle d’allumage sur l’autel. Si un sapin de Noël se trouve dans la pièce, il le rallume. Le GP reprend sa place face à l’autel, où le rejoint la GPs,debouts, faisant face au coven. La GPs annonce alors :


« Maintenant, au cœur de l’Hiver, le déclin de l’année arrive à son terme et le règne du Roi Houx avec lui.

Le Soleil renaît, et la croissance de l’année commence.

Le Roi Chêne doit vaincre son frère et régner sur le pays jusqu’au cœur de l’Eté, lorsque son frère se lévera de nouveau. »


Le coven se lève et, à l’exception des deux Rois, se retire sur le périmètre du cercle. Au centre du cercle se tiennent les deux Rois, face à face, le Roi Chêne dos à l’Ouest, le Roi Houx dos à l’Est. Le Roi Chêne place ses mains sur les épaules du Roi Houx, appuyant de manière à ce qu’il s’affaisse. Le Roi Houx tombe à genoux. Pendant ce temps, la Demoiselle se saisit du bandeau sur l’autel et le place, aidée du Roi Chêne, sur les yeux du Roi Houx. Ils se reculent tous les deux du Roi Houx toujours agenouillé ; La GPs marche doucement en cercle autour du Roi Houx, dans le sens horaire, trois fois. Elle rejoint ensuite le GP devant l’autel. Le GP dit alors :


« L’Esprit du Roi Houx nous a quitté, pour se reposer en Caer Arianrhod, le Château de la Roue d’Argent ;

Jusqu’au tournant de l’année, la saison commencera lorsqu’il reviendra pour régner de nouveau.

L’Esprit nous a quitté, aussi libérons l’homme qui s’en fit le vaisseau de sa tâche. »


La GPs et la Demoiselle s’avancent de nouveau et aide le Roi Houx à se lever. Elles le mènent à la chandelle marquant l’Ouest, où la Demoiselle retire le bandeau et la GPs la couronne de houx, les posans auprès de la chandelle. L’homme se retourne et redevient un membre ordinaire du coven. Le Grand Rite est effectué, la Demoiselle assistant avec l’athamé, le Roi Chêne pour le calice. Si le Sabbat est pratiqué vêtu de ciel, la Demoiselle aidera auparavant à se déshabiller du tabard-qui devrait être blanc et pourra donc être utilisé en tant que voile couvrant la GPs pendant la première partie du Grand Rite.) Après Le Vin et les Gâteaux, le chaudron est déplacé au centre du Cercle, et tous sautent au dessus, comme de coutume, avant que la fête commence. Le jour suivant, lorsque le feu (si il y en avait un) est froid, les cendres de la bûche de Yuledevraient être récupérées et répandues dans le jardin ou les champs-ou, si vous vivez en ville sans balcon, dans le parc ou cultures les plus proches.

Rituel de Yule - Scott Cunningham, Wicca Eclectique[3]

Rituel de Yule pour un "coven démocratique"

L’autel est dressé, les chandelles et l’encensoir sont allumés et le Cercle des Pierre Levées est projeté. Le chaudron est rempli de verdure : sapin, pin, romarin, gui, cèdre, les feuillages persistants représentant la continuité de la vie au milieu de l’apparente désolation. Chaque membre du coven devrait apporter un bouquet de feuilles sèches et le placer autour de l’autel pour une utilisation ultérieure lors du rite. L’assemblée se tient dans le cercle, se tenant les mains, pendant que le leader récite la Prière de Bénédiction. Les Dieux sont invoqués. Le leader du rituel poursuit :


"Ne vous lamentez point, même si le monde est plongé dans le sommeil,

Ne vous lamentez point, même face aux bourrasques froides du vent,

Ne vous lamentez point, même si la neige lourde et étouffante tombe,

Ne vous lamentez point, car tout cela est sur le point de devenir un souvenir."


Le leader allume chaudron. Lorsque la feu a bien pris les membres du coven se saisissent d’un des bouquets de feuilles et se tiennent autour du chaudron. Chacun jette son offrande dans le foyer puis rejoint les autres membres formant en cercle autour de l’Autel. Lorsque tous ont rejoint le cercle l’assemblée psalmodie :


"La Roue tourne; le Pouvoir brûle."


A répéter neuf fois. Le leader dit alors :


"Ne vous lamentez point, même si le Dieu trépasse aux mains du Temps;

Car la Grande Déesse est gracieuse;et Elle le portera de nouveau en son sein.

Gloire à la Reine des Cieux !

Gloire à la Reine de la Terre !

Gloire à la Reine des Océans !

Gloire à la Reine de la Renaissance !"


L’Assemblée répète le chant plusieurs fois. Lorsque l’Assemblée s’arrête le leader répond :


"La Mort est la porte de la Vie."


Méditations, travaux de voyance et autres opérations magiques peuvent suivre. Une fois terminé, on célèbrera la Petite Fête puis l’on effacera le cercle. Un banquet et des jeux peuvent suivre.

Une pratique traditionnelle est la décoration de l’arbre de Yule, bien qu’il ne s’agisse pas d’une cérémonie à proprement parler. L’arbre devrait être vivant, en pot et devrait idéalement être replanté au terme de la saison. La buche de Yule est une représentation simple de la mort et résurrection du Dieu via le feu sacré de la Déesse. Si vous le souhaitez, le coven peut sélectionner une bûche, dessiner à la craie ou graver une silhouette masculine dessus, puis l’enflammer dans une cheminée, si on en dispose. Cette pratique est optionnelle.


Rituel pour un coven hiérarchisé

Le chaudron devrait être placé au Sud, rempli de houx, épine et de gui. Embraser le mélange. Ce feu devrait être la seule source lumineuse en dehors des chandelles de l’autel et celles délimitant le cercle.

Projeter le Cercle des Pierres Levées.

L’Assemblée devrait entamer une danse de la chaîne tandis que la Grande Prêtresse recite :


"Reine de la Lune, Reine du Soleil,

Reine des Cieux, Reine des Etoiles,

Reine des Eaux, Reine de la Terre,

Donne-nous l’Enfant de Promesse !

C’est la Grande Mère qui lui donne naissance,

C’est le Seigneur de Vie qui nait de nouveau !

Obscurité et larmes se retirent,

Lorsque le Soleil se lève tôt.

Soleil Doré des Montagnes,

Illumine les champs, Eclaire le Monde,

Illumine les Mers et les Rivières,

Malheurs retirez-vous, Joie sur le Monde !

Bénie soit la Grande Déesse,

Sans début ni Fin,

De toute Eternité,

I.O. EVOHE, SOYEZ BENIS,

I.O. EVOHE, SOYEZ BENIS,

I.O. EVOHE, SOYEZ BENIS!"

La Petite Fête est célébrée. Le Cercle est effacé. Un banquet, des échanges de cadeaux suivent.

L’Abre de Yule - Scott Cunningham[4]

L’Arbre en lui-même

Si vous choisissez un arbre coupé, prenez conscience que cet arbre a été sacrifié pour vos festivités. Si vous avez sélectionné un arbre vivant, rappelez-vous qu’il ne devrait pas être conservé à l’intérieur plus de deux semaines et devrait être placé à proximité d’une fenêtre recevant les rayons du Soleil.

Dédicace

Après avoir placé votre arbre, tournez vos paumes en direction de l’arbre et communiez avec lui. Sentez ses énergies vitales qu’il dégage ( si il s’agit d’un arbre coupé, méditez sur son sacrifice). Puis déclarez :

"Ô noble, puissant et parfumé sapin,

Qui se balançait sous les cieux,

Brille et scintille maintenant dans mon foyer,

Rappelle moi la fertilité de la Terre,

Qui couve à présent sous la neige."

Ornement

Il existe une grande variété de décorations adaptées à l’arbre de Yule. Traditionnellement la pomme, la poire, les noisettes, et d’autres fruits ou noix étaient pendus aux branches de l’arbre pour honorer la résurrection du Dieu Soleil au Solstice d’Hiver. Les globes brillants (ou boules) sont des représentations modernes de ce que représentaient les fruits autrefois, et on peut les utiliser à ces fins. Des pommes peuvent être accrochées par leurs queues, et de petites oranges et oranges sanguines peuvent également être ajoutées. Des représentations en verre de grappes de raisins, de pommes de pins et d’autres motifs naturels sont tout à fait adaptées pour remplacer les fruits. Des guirlandes de canneberges et de maïs soufflé, bien sûr, peuvent être ajoutées. Evitez en tous cas le plastique et les matières synthétiques pour les ornements. Les éclairages électriques sont l’équivalent moderne des bougies placées autrefois sur les branches. Ils peuvent être utilisés si on le souhaite comme représentation du feu solaire. En tous les cas, décorez votre arbre au mieux et selon votre propre sensibilité. Une fois la décoration achevée, prenez le temps d’admirer et réfléchir à cet ensemble symbolique et l’énergie qu’il dégage.

La mort de l’Arbre de Yule

Traditionnellement, les décorations de Yule sont retirées au 1°Février. Dans les faits, l’arbre est retiré bien avant. Au lendemain du Solstice d’Hiver, l’arbre de Yule est souvent déjà sec, même si il a été placé dans l’eau. Si vous avez utilisez un arbre en pot, ôtez toutes les décorations pour qu’il reprenne son apparence naturelle. Gardez-le à l’intérieur, sur une terrasse ou dehors. En lui prodiguant les soins nécessaires vous devriez pouvoir le réutiliser l’année suivante. Une fois dépouillé de ses ornements, prenez un petit bol et recueillez quelques aiguilles sèches de l’arbre dedans. Lorsque vous en aurez recueilli l’équivalent d’une poignée, tenez le bol de vos demain face à l’arbre et entamez une déclaration semblable à la suivante :


"Je te remercie pour ta présence. Puisses-tu continuer à briller dans mon existence."


Levez le bol au niveau de la cime de l’arbre, restez ainsi quelques secondes puis faite le tour dans les sens des aiguilles d’une montre autour de l’arbre : depuis la cime, descendre vers la droite, passant ensuite au niveau du tronc, puis remonter par la gauche vers la cime. En décrivant ce mouvement, sentez et visualisez l’énergie de l’arbre se dégager des branches et s’accumuler dans le bol. Transférez le pouvoir dans les aiguilles recueillies. Placez ces aiguilles dans un pot hermétique. Une fois l’opération terminée, emmenez votre arbre dans un centre de recyclage (si possible) ; ou utilisez le en bois de chauffage (qui est une façon de poursuivre son rôle symbolique solaire) ; ou compostez le (pour qu’il nourrisse directement la fertilité de la terre). Gardez précieusement les aiguilles. Durant l’hiver, lorsque le temps est mauvais ou que vous sentez le besoin de réconfort, ouvrez le pot et respirez le parfum des aiguilles.


Rituel de Yule ou Solstice d’Hiver – La Nuit la plus longue où la Déesse donne naissance à la lumière et le retour du Soleil – Phyllis Curott[5]

Entre le 20 et 22 Décembre pour l’hémisphère Nord, 20-22 Juin pour l’hémisphère Sud.

Si possible, lavez votre visage préalablement au rituel avec de la neige fraîche en guise de purification et utilisez de la neige fondu pour l’eau de votre autel. Travaillez avec les couleurs rouge, vert, doré et blanc. Décorez l’autel de gerbes de pin, de houx et de gui. Placez une grosse bougie jeune (symbole du Dieu, le Soleil en retour, qui naît de la Déesse) dans le chaudron au centre de l’Autel. Entourez le de chandelles à allumer plus tard. Elaborez un encens solaire en mélangeant à parts égales de l’oliban et de la myrrhe.

Un procédé plus élaboré, que mon coven a l’habitude d’utiliser lors de rites publics pour Yule, est de créer un labyrinthe de lumière (de chandelles pour un rite privé ou de chandelles électriques pour des célébrations publiques). On allume les chandelles ou les guirlandes électriques après l’invocation de la Déesse et du Dieu, et tous traversent le labyrinthe. Alors que les participants parviennent au centre, où sera placé l’autel et autour duquel se tiennent le Grand Prêtre et la Grande Prêtresse, chaque personne allume sa chandelle avec le feu dégagé par le chaudron, en exprimant ses vœux pour la Nouvelle Année, puis reprend le chemin du labyrinthe.

Projetez en tous les cas le cercle au nom de la Grande Déesse Mère, utérus infini, et de l’Enfant de Promesse, lumière sur le retour. Enoncé le but du cercle :


"Cette nuit est la plus longue des nuits.

Le Soleil revient, né du ventre noir et fertile de la Grande Déesse.

Le Seigneur de la Mort et de la Résurrection,

L’Ombre laisse maintenant place à la Lumière à mesure que les jours rallongent.

En cette nuit nous nous souvenons que l’Obscurité est vide, et non terrifiante.

C’est l’Infini Potentiel de qui procède la Lumière.

En cette nuit, nous nous réjouissons, car les rêves qui se forment le jour se manifestent à présent devant nous.

En cette nuit, nous rallumons la Flamme de l’Espérance, car la Lumière revient et avec elle, la vie."


Invoquez la Déesse et le Dieu. Allumez la chandelle placée dans le chaudron et levez le chaudron au-dessus de votre tête en disant :


"La Déesse donne naissance.

Voici la lumière qui revient, le Soleil est de retour !"


Si vous avez crée un labyrinthe, il est temps alors pour les participants de le traverser pour venir allumer leur chandelle. Si vous n’avez pas utilisé le labyrinthe, levez le pouvoir en entammant une danse de la spirale. Lorsque l’énergie est palpable, allumez les chandelles entourant le chaudron. Ce faisant énoncez votre vœux/rêve/objectif pour cette nouvelle année. Une fois le cercle de lumière complètement embrasé, chantez :


"Voyez le Soleil revenu, sentez le feu brûler."


Offrez vos libations, fermez le cercle, et profitez d’un bon banquet ! C’est un sabbat marqué par la joie et la facétie. D’ailleurs, vous pouvez désigner un Seigneur de Mirsule détenant une baguette de gui et dont le rôle sera de faire rire l’assemblée. Vous pouvez échanger des cadeaux ; dans mon cercle nous faisons généralement un "grab bag" (cadeaux tirés au sort). Nous en profitons également pour récolter des dons pour des associations caritatives ou pour faire des collectes de nourriture ou de vêtements. Si vous êtes seul€, assurez-vous de fêter dignement l’occasion avec votre famille ou vos amis.

Références

  1. Janet et Stewart Farrar, A Witches Bible
  2. Janet et Stewart Farrar, A Witches Bible
  3. Scott Cunningham-Cunningham's Book of Shadows: The Path of An American Traditionalist
  4. Scott Cunningham-Cunningham's Magical Sampler: Collected Writings and Spells from the Renowned Wiccan Author
  5. Phyllis Curott-Witch Crafting: A Spiritual Guide to Making Magic