Belenos

De Wiccapedia
Aller à : navigation, rechercher

Mythologie gauloise

Variante : Belenus (forme latinisée) ou Beli, ou Bel ou Bile


L'un des principaux dieux du panthéon gaulois, et celtique . Protecteur des récoltes et des troupeaux, dieu solaire, bienveillant et guérisseur honoré le 1er mai. Il apparaît sous des noms variés dans les différents pays celtiques : Beli chez les Gallois, Bel ou Bile chez les Irlandais et Belenos chez les Gaulois.


Etymologie

Son nom provient de la racine indo-européenne bhel : brillant, brûlant, resplendissant, éclatant.


Représentation et fonctions

L'existence de ce dieu est attestée par de nombreuses inscriptions.

Selon Pierre Gastal [1], Belenos a laissé en français le terme belin, au sens de "sorcier", "enchanteur".

César l'assimile à l'Apollon romain (BG, VI, 17). Au Bas-Empire, son culte connut un regain de ferveur en Gaule et en Italie. Jean-Paul Persigout, [2] l'assimile à Grannos et Maponos-Mabon. Selon lui les chrétiens l'auraient christianisé sous le nom de Saint Michel. Belenos a également été comparé au Balder germain et au Dazbog slave.

Il représente le principe de la Lumière, mais il est aussi un dieu médecin; il est l'harmonie, la beauté sous toutes ses manifestations; patron des beaux arts, il est en même temps "la méditation et l'intuition, l'invention et le raisonnement". (Jean-Paul Persigout, Dictionnaire de mythologie celtique, Editions du Rocher).

Sa parèdre est Belisama.

Toponymie

  • Beaune, Côte d'Or (une fontaine y était autrefois appelée Belenin),
  • Bonnay S & L
  • Bellenod, CdO
  • Balanod, Jura
  • Bollène, Vaucluse
  • La Bollène-Vésubie, Alpes Maritimes
  • Billingsgate, la « porte de Bile », un ancien marché aux poissons de Londres.
  • Les nombreux lieux-dits Bel air pourraient avoir été des lieux de cultes consacrés à Belenos.

Source : Dictionnaire Pierre Gastal.

Célébration

Son nom renvoie à l'irlandais bealtaine qui signifie encore aujourd'hui : 1er mai, mois de mai. Dans l'Irlande pré-chrétienne, Beltaine était l'une des quatre grandes fêtes sacerdotales. Elle marquait la transition entre la saison sombre et la saison lumineuse, et le début de l'été. En Irlande, des feux étaient consacrés sur les sommets au dieu Bel, ainsi que des feux de joie au travers desquels on faisait passer le bétail afin de le guérir et le protéger des maladies.

Article lié :

Beltaine

Source

<references>

  1. P. Gastal, Nos racines celtiques, du gaulois au français, p. 124.
  2. J.P. Persigout, Dictionnaire de mythologie celtique, Editions du Rocher.