Rituels d'Imbolc : Différence entre versions

De Wiccapedia
Aller à : navigation, rechercher
m (/* Rituel de la Chandeleur (Imbolc) - lien chandeleur)
 
Ligne 447 : Ligne 447 :
   
   
== Imbolc - Caitlín Urksa nic Mhorrigan<ref>https://scathcraft.wordpress.com</ref> ==
+
== Imbolc - '''Caitlín Urksa nic Mhorrigan'''<ref>https://scathcraft.wordpress.com</ref> ==
   
 
Décorations et outils : 1 bougie centrale, 3 bougies auxiliaires, mimosa, rubans de tissu blanc à accrocher dehors. Offrandes : beurre, fromage, biscuits.
 
Décorations et outils : 1 bougie centrale, 3 bougies auxiliaires, mimosa, rubans de tissu blanc à accrocher dehors. Offrandes : beurre, fromage, biscuits.

Version actuelle datée du 2 janvier 2016 à 03:43

Rituel de Sabbat : Veille de Février - Livre des Ombres gardnérien (1949)[1]

Après l’ouverture habituelle, tous sont doublement purifiés [c’est à dire, par quatre-vingt coups de fouet].

Dansez en rond hors du cercle, la Grande Prêtresse est ceinte de l’épée et la tire de son fourreau, tenant la baguette phallique dans sa main gauche.

Entrez dans le cercle.

Le Magus adopte la position du Dieu.

La Grande Prêtresse lui donne le Quintuple Baiser, et invoque :

« Redoutable Seigneur de la mort et de la Résurrection, vie et donneur de vie, Seigneur en nous-mêmes, dont le nom est Mystère des Mystères, encourage nos cœurs. Que la Lumière se cristallise dans notre sang, nous emplissant de Résurrection, car il n’est nulle part de nous qui ne soit pas divine. Descends, nous t’en prions, sur ton serviteur et Prêtre [Nom]. »

Tous seront purifiés en sacrifice devant lui. Il purifie ensuite la Grande Prêtresse de ses propres mains, ainsi que les autres s’il le veut.

Bénir les Gâteaux et le Vin.

Opérer le Grand Rite si possible, symboliquement ou en actes.

On procède à des jeux autant qu’on le désire.

Renvoyer [ les Gardiens , et fermer le cercle magique ; les gens demeurent ensuite, pour] festoyer et danser.


Imbolg, 2 Février - Janet et Stewart Farrar[2]

Préparation

La Grande Prêtresse choisit deux Sorcières du coven pour représenter, avec elle, la triple Déesse : Jeune Fille (enchantement), Mère (maturité) et Aïeule (sagesse). Elle distribue les trois rôles à sa guise.

Une couronne de lumière est apprêtée pour la Mère, et laissée sur ou près de l'autel. Traditionnellement la couronne porte des bougies que l'on allume durant le rituel ; mais il convient d'être prudent, et certaines personnes peuvent trouver cela inquiétant. Si on fabrique une couronne de bougies, elle doit les maintenir assez fermement pour qu'elles ne vacillent pas, et elle doit également incorporer de quoi protéger les cheveux des coulures de cire.

La pratique nous a montré que les bougies d'anniversaire sont idéales pour la Couronne de Lumière. Elles ne pèsent rien, ne font quasiment pas de coulures, et brûlent juste assez longtemps pour les besoins du rituel. (...) Il est également possible de se fabriquer une couronne munie non pas de bougies, mais de miroirs.

On façonne pour Imbolg une figure féminine à partir d'un petit fagot de paille auquel on fabrique des vêtements de femme. On appelle cette figurine une "Biddy", ou "Brìdeòg" en Gaëlique.

Il vous faudra aussi une baguette de forme phallique, qui pourra être un simple bâton de la même taille que la "Biddy" ; cela dit, puisque le Livre des Ombres parle d'utiliser une baguette phallique dans plusieurs rituels, cela peut valoir le coup de s'en fabriquer une version permanente. La nôtre est une branche mince surmontée d'une pomme de pin collée ; des rubans noirs et blancs se croisent en spirale le long de la baguette.

La Biddy et la baguette doivent être déposés près de l'autel, avec deux bougies éteintes dans des chandeliers.

On pose aussi à proximité de l'autel un petit bouquet de plantes et fleurs printanières, si toutefois vous pouvez vous en procurer. Ce bouquet sera pour la Sorcière qui jouera le rôle de la Jeune Fille ; on préparera aussi une étoffe ou une cape de couleur sombre pour l'Aïeule.

On dépose également le balai près de l'autel.

Le chaudron, avec une bougie allumée à l'intérieur, est placé près de la bougie du Sud. Près de lui, on place trois ou quatre branches de plantes persistantes comme du houx, du lierre, du gui, du romarin...

Si comme nous, vous suivez la tradition consistant à garder l'arbre de Noël (sans ses décorations mais toujours illuminé de guirlandes) dans la maison jusqu'à Imbolg, il faudrait si possible ritualiser dans la pièce où il se trouve, et que ses lumières soient allumées.

Le Rituel

Le rituel d'ouverture est un peu raccourci. Le Grand Prêtre ne fait pas Descendre La Lune sur la Grande Prêtresse, et il ne prononce pas non plus l'invocation du Grand Dieu Cernunnos ; la charge n'est pas non plus déclamée pour le moment, cela aura lieu plus tard dans le rituel.

Après la Rune des Sorcières, tous les partenaires magiques du coven (y compris la Grande Prêtresse et le Grand Prêtre) dansent dos à dos, par couples, les bras entrelacés par les coudes. Ceux qui n'ont pas de partenaire dansent seuls, et après un moment les couples se défont pour se recombiner avec ceux qui dansaient seuls, afin que tout le monde ait pu participer au final.

Lorsque la Grande Prêtresse décide d'arrêter la danse, les membres du coven se placent en cercle, tournés vers l'intérieur. Le Grand Prêtre se tient dos à l'autel, et la Grande Prêtresse lui fait face.

Le Grand Prêtre lui donne le Quintuple Baiser ; puis elle lui donne à son tour le Quintuple Baiser. Le Grand Prêtre prend la baguette dans sa main droite (ndt : pas la baguette phallique, mais la baguette habituelle du coven), le fouet dans sa main gauche, et adopte la posture d'Osiris.

La Grande Prêtresse, faisant face au Grand Prêtre qui se tient debout devant l'autel, invoque :

Terrible Seigneur de la Mort et de la Résurrection,

Seigneur de la Vie, Donneur de Vie,

Seigneur en nous, dont le nom est le Mystère des Mystères,

Encourage nos cœurs,

Laisse la Lumière se cristalliser dans notre sang,

Nous emplissant de résurrection ;

Car il n'y a aucune part de nous qui ne vienne pas des Dieux.

Descends, nous t'en prions, sur ton serviteur et prêtre.

Le Grand Prêtre dessine le Pentagramme d'Invocation de la Terre, dans l'air devant la Grande Prêtresse, et dit : "Sois bénie".


Le Grand Prêtre s'écarte de quelques pas en gardant la position d'Osiris pendant que la Grande Prêtresse et les femmes du coven préparent "le lit de Brighid". Elles étendent la Biddy et la baguette phallique côte à côte au centre du cercle, en plaçant leurs têtes vers l'autel. Elles posent les deux bougies de chaque côte du "lit" et les allument.

La Grande Prêtresse et les femmes restent près du "lit" et disent ensemble :


Brid est venue, Brid est la bienvenue !

Brid est venue, Brid est la bienvenue !

Brid est venue, Brid est la bienvenue !


Le Grand Prêtre repose sa baguette et son fouet sur l'autel. La Grande Prêtresse appelle les deux femmes qu'elle a choisies ; elles prennent maintenant les rôles de la Triple Déesse.

La Mère se tient dos au centre de l'autel, et le Grand Prêtre pose sur sa tête la Couronne de Lumière. La Jeune Fille et l'Aïeule arrangent ses cheveux d'une manière convenable, et le Grand Prêtre allume la couronne.

L'Aïeule se tient ensuite à la gauche de la Mère, où le Grand Prêtre et la Jeune Fille la drapent dans le châle où la cape sombre.

La Jeune Fille se tient ensuite à la droite de la Mère, et le Grand Prêtre lui donne le bouquet.

Le Grand Prêtre se rend au Sud, où il déclame, faisant face aux trois femmes :

Voici la Déesse à la forme triple ;

Elle qui est toujours Trois, Jeune Fille, Mère et Aïeule ;

Et pourtant, toujours Une.

Car sans le Printemps il ne peut y avoir d'Eté,

Sans l'Eté, pas d'Hiver,

Sans Hiver, pas de retour du Printemps.


Le Grand Prêtre déclame alors entièrement la Charge, depuis "Ecoutez les mots de la Grande Mère", jusqu'à "ce qui est atteint au bout du désir", mais en remplaçant "Je", "Moi", "mon", "ma", par "Elle", "son", "sa", et ainsi de suite.

Lorsqu'il a terminé, la Jeune Fille prend le balai et marche lentement le long du Cercle, balayant rituellement tout ce qui est vieux et obsolète hors du cercle. La Mère et l'Aïeule marchent derrière elle en procession. La Jeune Fille repose ensuite le balai, et les trois femmes reprennent leurs places initiales devant l'autel.

Le Grand Prêtre se tourne alors et s'agenouille devant le chaudron. Il prend tour à tour chacune des brindilles de feuillage persistant, y met le feu avec la bougie du chaudron, les souffle aussitôt et les place dans le chaudron près de la bougie. (Nous conseillons de se limiter à cette crémation symbolique lors d'un rituel en appartement, à cause de la fumée ; en extérieur, ou dans une pièce très vaste, on pourra se permettre de les brûler entièrement.)

Tout en faisant cela, il déclame :

Nous bannissons ainsi l'hiver,

Nous accueillons ainsi le printemps ;

Faites vos adieux à ce qui est mort,

Souhaitez la bienvenue à tout ce qui vit.

Nous bannissons ainsi l'hiver,

Nous accueillons ainsi le printemps !


Le Grand Prêtre s'approche ensuite de la Mère, souffle les bougies de sa couronne de lumière, et la retire de sa tête. Sur ce signal, la Jeune Fille repose son bouquet, et l'Aïeule enlève son châle. Tous les objets sont reposés près de l'autel.

Le Grand Prêtre s'écarte un peu sur le côté, et les trois femmes ramassent la Biddy, la baguette phallique et les bougies, qu'elles éteignent au passage, pour les reposer près de l'autel.

On procède à présent au Grand Rite.

Après les Gâteaux et le Vin, on peut s'adonner au Jeu des Bougies, très approprié pour Imbolg. Les hommes s'assoient en cercle, tournés vers l'intérieur, assez près les uns des autres, et les femmes se tiennent debout derrière eux. Les hommes se passent une bougie allumée de main en main, dans le sens des aiguilles d'une montre, pendant que les femmes (sans entrer dans le cercle des hommes), se penchent pour essayer de souffler la bougie. Lorsqu'une des femmes y arrive, elle donne trois petits coups de fouet à l'homme qui la tenait, et il lui donne en retour le Quintuple Baiser. La bougie est alors rallumée, et le jeu continue.

Si la coutume consistant à garder l'arbre de Noël a été observée, il doit alors être enlevé de la maison le plus tôt possible après le rituel.

Imbolc - Phyllis Curott[3]

Le Jour Sacré de la Déesse Brigid : « Quand Nous Nous Réjouissons de la Vie Qui Croit à L’Intérieur ».

Le 2 Février dans l’hémisphère Nord et le 1er Août dans l’hémisphère Sud

Travaillez avec Brigid dans des teintes ensoleillées : orange, jaune, rouge. Ayez suffisamment de bougies pour chaque personne présente et placez-les toutes autour de vous de manière à vous asseoir en cercle. Si vous êtes seul, ayez au moins huit bougies blanches, jaunes ou rouges avec lesquelles vous ferez un cercle autour de vous. Au centre de l’autel placez une bougie jaune dans le chaudron pour symboliser le Soleil/Grain/Dieu grandissant dans l’ Univers/Terre/Ventre de la Déesse.

A Imbolc nous honorons Brigid, la muse des poètes et des artistes ; elle est aussi Déesse du feu, des puits sacrés, de la guérison et de la forge (travailler le métal, c’est le symbole de la création de la civilisation). Vous devriez travailler avec chacun de Ses aspects, mais le rituel qui suit se focalise sur la muse.

Préparez une offrande artistique à Brigid : un poème ou tout écrit, de la musique que quelqu’un d’autre a écrit que vous jouerez ou chanterez, une peinture, une photographie, au toute autre forme d’expression artistique, incluant de la nourriture que vous aurez préparée. Placez-la sur l’autel.

Tracez le cercle au nom de Brigid et du Dieu qui croît dans le ventre.

Déclarez l’objet du cercle:

Voici Imbolc, la nuit où la nouvelle vie s’agite dans le ventre.

La lumière devient plus forte et la Terre s’éveille de Son sommeil hivernal. Les premiers signes du retour de la vie apparaissent et nous sommes emplis d’espoir. Mais les nuits sont froides et sombres, et les jours nous apportent encore de la neige. Les réserves s’épuisent et nous sommes tous las d’être enfermés ! Mais le feu brûle à l’intérieur pour nous apporter l’espoir et la chaleur, et nous nous rassemblons pour nous enflammer au feu qui brille au fond de nous tous, un grand feu qui brille et qui illuminera le monde avec l’amour et la joie. Nous nous offrons la clarté de nos esprits a chacun d’entre nous, et à la Déesse qui entretient la lumière au fond de nous tous. »

Invoquez Brigid et le Dieu qui croît à l’intérieur.

Les bougies sur l’autel doivent passer de mains en mains et chacun doit graver son nom et le but qu’il souhaiterait voir venir au jour. Vous pouvez avoir l’envie de chanter pour faire monter l’énergie pendant que vous gravez : « One thing becomes another, in the Mother, in the Mother ». (Une chose en devient une autre, dans la Mère, dans la Mère).

Concentrez-vous pour que votre rêve prenne forme, comme le Dieu qui prend plus de force chaque jour, comme votre travail et votre chant. Méditez sur comment vous allez faire pour que votre rêve porte ses fruits, comme le ventre de la Déesse où toutes vies grandissent.

Quand tout le monde à terminer sa gravure, portez le chant à son point culminant et envoyez l’énergie dans votre bougie pendant que vous la serrez sur votre cœur. Tournez déosil (dans le sens des aiguilles d’une montre) dans le cercle, chacun son tour, chaque personne doit allumer sa bougie et déclarer quel est son but; dites le fort pour augmenter le pouvoir de votre magie, alors ne soyez pas timide ! Placez la bougie dans le bougeoir derrière vous. Si vous êtes seul, gravez votre nom et votre but sur la bougie, chantez, faites monter l’énergie et dirigez-la, allumez la bougie, et allumez toutes les autres bougies placées en cercle autour de vous.

Quand le cercle de lumière est complet, honorez le feu en disant:

Nous brûlons avec la puissance de l’inspiration divine. Nous sommes lumière, assis dans un cercle de lumière. Quand nous sommes rassemblés en communauté, le feu brille plus fortement que lorsque nous sommes seul et il y a chaleur et illumination pour chacun de nous. Nous offrons notre lumière à la Déesse et au monde.

Chacun doit maintenant partager son/ses offrandes. Lisez, chantez, jouez, nourrissez tout le monde.

C’est la magie du cœur léger et du mérite, alors sentez vous libre de blaguer et de rire. Fermez et scellez le cercle ; Une personne marche widdershins (dans le sens inverse des aiguilles d’une montre) à l’extérieur du cercle et souffle les bougies des points cardinaux, comme chacun souffle la sienne. Pendant qu’il/elle marche, il/elle dit:

Feu scelle ce cercle, dissipe-toi sous terre, laisse toutes choses être comme elles ont été depuis le début des temps.

Répétez jusqu’à ce que tout le circuit se fasse et que toutes les bougies soient éteintes, les bougies de l’autel inclus. Vous pouvez rallumer votre bougie plus tard pour compléter votre magie.


Imbolc - Elen Hawke[4]

Vous aurez besoin de :

Perce-neiges sur l’autel

Un chaudron rempli d’eau, de perce-neiges et de bougies blanches flottantes

Un petit bol de terre où ficher une bougie blanche toute neuve, à placer près des perce-neige sur l’autel (cette bougie représente la lumière et l’énergie qui fait germer la première graine dans la terre)

Une simple bougie blanche pour chaque personne présente (il s’agira d’une bougie de souhait)

Un bol, chaudron ou autre contenant résistant à la chaleur, rempli de terre ou de sable humide, dans lequel on placera les bougies de souhaits allumées

Une petite bougie témoin

Encens d’Imbolc ou encens au parfum légèrement fleuri

Eau de source pour le calice

et produits laitiers pour la fête, comme les produits fermiers, sont traditionnellement consommés à cette période.

Projetez le cercle comme d’habitude, mais n’allumez pas les bougies des quartiers ni de l’autel, seulement la bougie dans le bol de terre et l’encens. L’idée est de créer le ventre, la matrice de la terre au centre de laquelle brûle la lumière, de fait aucune lumière n’est nécessaire à la périphérie du cercle.

Battez le tambour pour soulever l’énergie. Si vous possédez votre propre Bodhran, le tambour à main traditionnel celtique, alors tant mieux, car il est sacré à Imbolc et pour Brighid.

Évocation de Brighid :


« Dame Brighid, sois ici avec nous pour ton festival du feu et de l’eau

Puissions-nous être purifiés de tout ce que nous souhaitons laisser derrière nous,

comme la terre est lavée par les pluies,

prête à amener un nouvelle croissance

Sous le feu grandissant du Soleil. »


Tout le monde s’assoit en cercle. Chacun, tour à tour, parle de ce dont il souhaite se débarrasser, se détacher.

Quand cela est fait, la petite bougie témoin est allumée à partir de la flamme de la bougie blanche. Puis, avec la petite bougie témoin, on allume les bougies flottantes du chaudron, une fois qu’elles seront toutes allumées, le chaudron rempli d’eau brillera d’une douce lumière. Ce chaudron de feu, d’eau et de perce-neige représente l’essence purificatrice de Brighid et elle nettoie tout ceux présents, ainsi ils pourront se tourner vers de nouveaux projets.

A présent, chaque personne prend une bougie de souhait et formule un nouveau but ou souhait sur lequel travailler tout au long de l’année. Se faisant, chacun lève la bougie au niveau du 3ème œil et visualise fortement son souhait.

Chacun allume sa bougie à partir de la bougie principale qui se trouve dans le bol rempli de terre, en disant :


« Puisse Brighid donner du pouvoir à mon souhait,

comme elle fait germer les graines semées au printemps. »


Consacrez le calice d’eau de source ; chaque personne boit, tour à tour, tout en ressentant l’effet purificateur de l’eau parcourant son organisme, en le nettoyant et en l’énergisant.

Poursuivez avec la petite fête et rouvrez le cercle, en remerciant la Déesse pour sa présence en disant :


« Nous te remercions, Dame, et te saluons. »


Les bougies de souhait devront être placées en quelque endroit sûr jusqu’à ce qu’elles aient fini de brûler. La terre qui a accueilli les bougies d’Imbolc pourra être conservée jusqu’à Ostara, moment durant lequel vous pourrez planter des graines dans la terre, si vous le désirez. Vous pouvez également souhaiter garder un peu d’eau du chaudron pour l’utiliser durant le prochain rituel de pleine lune que vous célébrerez. Elle conservera la douce et magnifique essence d’Imbolc.


Imbolc, 2 février - Scott Cunningham[5]

L’autel pourra être orné d’un symbole de la saison, comme une représentation d’un flocon de neige, d’une fleur blanche, ou peut-être de la neige dans un contenant de cristal. Il devrait aussi y avoir une chandelle orange non allumée enduite de musc, de cannelle, d’huile d’oliban ou de romarin. Lors de la projection du cercle on peut remplacer l’eau par de la neige fondue.

Disposez l’autel, allumez les chandelles ainsi eue l’encensoir et projetez le cercle de pierre.

Récitez le chant de bénédiction.

Invoquer la Déesse et le Dieu.

Prononcez des paroles telles que celles-ci :

Voici l’époque de la fête des flambeaux,

Où chaque lampe brille et flamboie

Pour saluer le Dieu qui renaît

Je célèbre la Déesse,

Je célèbre le Dieu.

Sous sa chape de sommeil,

Toute la terre célèbre.

Allumez la bougie orange avec la chandelle rouge placée sur l’autel (ou à l’extrémité sud du cercle). Tenez la bougie devant vous et faites lentement le tour du cercle dans le sens des aiguilles d’une montre. Dites les paroles suivantes ou une formule semblable :

L’hiver a tout recouvert.

L’air est froid,

La terre, enveloppée de gel.

Mais toi, Seigneur du Soleil,

Dieu cornu des animaux, de la nature sauvage,

Tu nais à nouveau en secret

De la gracieuse Déesse Mère,

Maîtresse de toute fertilité.

Je te salue, Dieu très grand !

Salue à toi, sois le bienvenu !

Arrêtez-vous devant l’autel, levez la bougie vers le ciel et gardez votre regard fixé sur sa flamme. Imaginez votre vie débordante de créativité, d’une énergie et d’une force nouvelles.

Si vous devez jeter un regard sur le passé ou l’avenir, c’est une période idéale pour le faire.

Au coucher du soleil ou immédiatement après le rituel, la tradition veut qu’une lampe soit allumée dans chaque demeure – même pour quelques minutes. Vous pouvez aussi allumer des chandelles dans chaque pièce en l’honneur de la renaissance du soleil, ou une lampe à l’huile munie d’un verre de couleur rouge que vous placerez bien en évidence dans la demeure ou dans une fenêtre.


Une autre version du Sabbat d'Imbolc - Scott Cunningham[6]

L’autel est dressé, les bougies et l’encens sont allumés et le Cercle est tracé.

Un symbole de la saison, comme un flocon de neige en cristal, une fleur blanche ou peut-être un peu de neige sera posé sur l’autel. Il faudra aussi préparer une bougie pour chaque personne présente.

Les participants forment un cercle en se donnant les mains pendant que le leader dit la Prière de Bénédiction.

Les Dieux sont invoqués puis le leader dit :


A Imbolc la terre est enveloppée par l’hiver, l'air est froid et le gel enveloppe les tendre plantes verte de la vallée. Le Dieu des forêts et des champs est endormi et pendant ce sommeil, il est né à nouveau de la Grande Déesse, comme tous le doivent. Et ainsi ce qui était triste est joyeux et ce qui maintenant dort, somnole ou tombe inanimé reprendra vie et renaitra. Célébrons donc l’arrivée du Dieu et le travail de la Déesse !


Tous prennent une bougie sur l’autel et l’allument à la bougie de la Déesse.

Les participants sont en cercle autour de l’autel. Le leader mène tout le monde en une lente marche dans le Cercle. Lorsqu’ils ont fait trois fois le tour, le leader fait cesser le mouvement et place sa bougie dans le chaudron et l’enflamme. Les participants font de même et regardent le feu prendre vie dans le chaudron.

Le leader dit :


Vous voyez la lumière ? C’est le feu de la Renaissance,

L’essence ardente qui est la Vie elle-même !


Tous s’asseyent et méditent sur le sens du rituel, du cycle de réincarnation, le sens de la mort et donc celui de la naissance elle-même.

Ensuite si un travail divinatoire a été prévu, c’est un excellent moment pour s’y adonner.

Petite Fête.

Le Cercle est dissipé.

Fête et jeux suivront.


Rituel de la Chandeleur (Imbolc) - Elisabeth Brooke[7]

Décorez votre autel avec des fleurs blanches et vertes (les fleurs de saison de la Déesse) , prenez en beaucoup, en particulier des perce-neiges. Entourez des bougies blanches et vertes de guirlandes faites avec des rubans blancs et verts. Disposez des représentations de la Déesse comme créatrice et de beaux objets, tels que de la poterie, de la verrerie, ou des bijoux.


Faites le cercle et invoquez la Déesse :

De la terre gelée, nous t'appelons,

Du le lac de givre et de la colline à la couleur de fer.

Perçant à travers la forêt glacée

Le crocus jaune, blanc et violet,

Couleur dans la grisaille dominante

Eclabousse la neige la plus blanche.

Déesse de cette très sombre saison

Maîtresse de ce temps sacré,

Initie nous à ta sagesse,

Porte nous dans ton royaume de glace.


Elevez le pouvoir en psalmodiant. La Chandeleur est le temps des initiations. Je considère que l'initiation est plus une déclaration personnelle, que quelque chose qui serait conféré par d'autres. Peut être est-il mieux que cela soit fait par tous les membres d'un coven qui souhaitent rester pour l'année à venir.

Une par une, chaque membre va devant l'autel, et médite sur cette nouvelle étape et sur sa contribution au sein du groupe. Une fois cela terminé, elle se retourne face au coven et répète ses engagements. Un repas festif se déroule ensuite.

Rituel à Brighid - Starhawk[8]

Ce rituel est dédié à "Brigid" (Brigit), la Déesse du feu et de l'inspiration; en Irlande, la Triple Déesse de la Poésie, de la Forge, et de la Guérison. Le chaudron central est rempli de terre. On entasse à côté des bougies non allumées – une pour chaque membre du coven et chaque invité. Une bougie est plantée au centre. On se rassemble dans le cercle et on commence par la méditation de l'air.

La Prêtresse dit:

" Voici venue la fête de la lumière croissante. Ce qui a été conçu pendant le Solstice commence à se manifester et nous, qui avons servi de sage- femme à la nouvelle année, voyons maintenant le Dieu Soleil grandir, alors que les jours deviennent visiblement plus longs. C'est le temps de l'individualisation: dans les mesures de la spirale, nous allumons chacun notre propre lumière et nous devenons nous-mêmes uniques. C'est le temps de l'initiation, du commencement, quand les graines qui, plus tard jailliront et pousseront, commencent à se réveiller sous la terre. Nous nous réunissons pour partager la lumière de l'inspiration qui grandira au cours de l'année."

Purifiez, formez le cercle, et invoquez le Déesse et le Dieu. La Prêtresse mène le chant et les participants répondent:


Flamme du cœur

Flamme de l'esprit

Flamme du foyer

Flamme du vent

Flamme de l'Art

Flamme hors du temps!


Tous: "Elle brille pour tous, Elle brûle en chacun de nous!"

(Répétez. On peut insérer des lignes spontanées).

Quand l'énergie monte, allumez la bougie centrale. Commencez la Danse en spirale en chantant:


Je tourne, je tourne autour

Des limites de la terre,

Vêtu quand je vole de mes longues ailes de plumes.


(La danse en spirale: chacun se tourne le dos. Le meneur avance dans le sens anti-horaire, d'un simple pas sinueux. Comme le cercle se déroule, il se retourne, faisant face à la personne à côté de lui, et mène la spirale dans le sens des aiguilles d'une montre. Quand les membres du coven se retrouvent face à face, ils s'embrassent).

Quand la danse reforme un cercle, les tambours s'éloignent et commencent à battre plus fort, sauvagement. Un par un, les membres sortent du cercle, prennent une bougie et l'allument à la flamme de la bougie centrale, puis dansent avec la bougie allumée, en faisant monter l'énergie et en se concentrant sur l'inspiration et la créativité qu'ils espèrent pour la saison à venir. Puis, un par un, ils placent leur bougie dans le chaudron central rempli de terre. Un cône de pouvoir monte et est ancré dans le chaudron.

Accordez un moment pour la transe, et l'ouverture à l'inspiration.

Partagez petits gâteaux et boissons. Les membres partagent leurs œuvres créatives – poésies, chansons, art, histoires, artisanat. Ceux qui ne sont pas artistes peuvent partager quelque chose de leur travail – un projet qui s'est concrétisé, une bonne idée, un accomplissement particulier. On remercie la Déesse pour son inspiration.

Ouvrez le cercle.

Chaque participant ramène chez lui un peu de terre à saupoudrer sur son jardin ou à garder sur son autel pour s'ancrer.

notes "dix ans après" de Starhawk :

La fête de Brigid, dédiée à la Déesse Irlandaise du feu et de l'eau, du puits saint, de la flamme sacrée, qui préside à la ferronnerie, la poésie et la guérison, est devenu notre moment traditionnel pour réaliser un rituel de redédication, le plus souvent avec un pôle politique.

Le cœur du rituel a lieu autour d'un chaudron dans un puits. (Un petit pot en métal, surélevé par des briques dans un grand bac d'eau. Dans le pot nous brûlons un mélange à parts grossièrement égales d'alcool et de sel d'Epsom, ce qui crée un feu sans fumée. Ne laissez pas l'alcool refroidir, ou il devient difficile à allumer, et ne remplissez pas à nouveau le chaudron tant qu'il brûle.) Tout au long de l'année, nous récoltons de l'eau de tous nos voyages sur des sites sacrés et l'ajoutons dans le puits. Nous appelons cela « les eaux du monde ». Chaque personne s'avance, regarde la flamme, et fait un serment pour l'année, une promesse à Brigid. Le serment n'est pas quelque chose à laquelle on réfléchit, mais quelque chose qui nous vient sur le moment, quand l'énergie rituelle est forte, et ça a tendance à donner forme à l'année. Une année, par exemple, mon serment était de dire la vérité, et à la fin de l'année, j'avais fait face à de nombreux moments difficiles ans lesquels j'ai été mise au défi d'être honnête plutôt que d'être conciliante ou polie.

notes "vingt ans après" :

Nous avons développé de beaux chants pour ce rituel. Les Eaux du Monde, l'eau que nous collectons tout au long de l'année au cours de nos voyages, est devenu un élément important de nos rituels d'ouverture à chaque camp de Sorcières et reste une part essentielle du rituel à Brigid. Nous créons aussi maintenant une belle poupée de Brigid, faite de blé, de bâtons, d'herbes et de graines, qui est vêtue de blanc et portée en procession autour du cercle. Elle préside au puits et au chaudron, où nous faisons nos serments. Chaque serment est scellé par un coup sur l'enclume. Notre communauté s'est développée. Le rituel de San Fransisco implique souvent deux ou trois cent personnes, et cette année Reclaiming a parrainé deux autres rituels dans la Baie de San Fransisco. Je ne concevrais jamais un rituel dans lequel des centaines de personnes devraient parler individuellement – mais cette cérémonie a toujours connu sa propre évolution. Faire une promesse dont toute la communauté est témoin et entendre le tintement de l'enclume donne vraiment le ton pour l'année. A la fin nous dansons pour élever le Cône de Pouvoir. Certaines années nous faisons une Danse en Spirale, d'autres nous dansons simplement !


Imbolc - Caitlín Urksa nic Mhorrigan[9]

Décorations et outils : 1 bougie centrale, 3 bougies auxiliaires, mimosa, rubans de tissu blanc à accrocher dehors. Offrandes : beurre, fromage, biscuits.

Mes racines dans la Mer, mon corps dans la Terre, mon esprit dans le Ciel,

Au Centre brûle ma flamme vivante.


Allumer la bougie d’autel.


Dieux et non-Dieux, je vous accueille ce soir pour célébrer la fête de Bríd.

Voyez ces petits soleils parfumés qui annoncent le retour du printemps.

La terre est prête à recevoir la bénédiction d’Imbolc.


Allumer la bougie centrale et s’en servir pour allumer les trois bougies


Béni soit le sanctuaire, bénie soit la flamme,

Bénis soient la terre et les peuples qu’elle porte.

J’élève le feu du foyer, comme le fait Bríd

Beannacht nime, bénédiction du ciel

Beannacht tíre, bénédiction de la terre

Beannacht mara, bénédiction de la mer

O Bríd, ce soir je t’accueille et t’honore,

Et je t’offre ces laitages et biscuits, fruits du labeur des hommes.

Bénis ces rubans de ta main guérisseuse;

Bénis ma maison, et tous ceux qui s’y reposent;

Bénis ceux qui me sont chers, où qu’ils dorment ce soir.


Placer les rubans à l’extérieur. Éteindre les trois bougies, laisser brûler la bougie centrale.


Bibliographie

  • Livre des Ombres gardnérien[10]
  • A Witches Bible, Janet et Stewart Farrar
  • Witch Crafting, Phyllis Currot
  • La Wicca, Magie blanche et art de vivre, Scott Cunningham
  • A Wisewoman's Guide to spells, rituals, and Goddess Lore, Elisabeth Brooke
  • The Spiral Dance, Starhawk


Sources

<references>

  1. http://iridescences.com/obtenebrations/?cat=51
  2. A Witches Bible, Janet et Stewart Farrar
  3. in Witch Crafting, Phyllis Currot, traduit et adapté de l'anglais par Lune. http://www.le-sidh.org/wicca/sabbats/imbolc/imbolc-dans-le-ventre/
  4. http://www.le-sidh.org/wicca/sabbats/imbolc/rite-imbolc-par-elen-hawke/
  5. in La Wicca, Magie blanche et art de vivre, Scott Cunningham
  6. in Cunningham's Book of Shadows, Scott Cunningham
  7. in A Wisewoman's Guide to spells, rituals, and Goddess Lore d'Elisabeth Brooke, Traduit par Hédéra, http://discor-dianique.over-blog.com/
  8. The Spiral Dance, Starhawk
  9. https://scathcraft.wordpress.com
  10. http://www.sacred-texts.com/pag/gbos/index.htm